INFOS PRATIQUES

A l’accueil, avec la secrétaire : le jour de l’examen, vous devez vous présenter avec l’ordonnance de votre médecin, votre convocation, vos examens antérieurs (en rapport avec l’examen), le questionnaire que vous avez reçu dûment rempli, ainsi que votre carte vitale ou attestation de sécurité sociale.

Dans la cabine, le manipulateur vérifiera votre identité et si vous ne l’avez pas déjà fait, il vous demandera de laisser tous les objets métalliques qui pourraient être attirés par l’aimant (prothèse auditive, appareil dentaire, lunettes, bijoux, piercings, épingles à cheveux, barrette, téléphone portable, montre, argent, carte de crédit, clés, briquet, cigarette électronique, etc.).

Un examen IRM nécessite certaines précautions. 

En effet, certains matériels ne sont pas compatibles à sa réalisation (Pace maker, défibrillateur…), et d’autres nécessitent leur évaluation par notre personnel technique.

Il est donc indispensable de nous signaler si vous êtes porteur d’un tel dispositif.

L’appareil est constitué d’un lit, qui se déplace dans un tunnel, sur lequel vous serez allongé.  Une « antenne » permettant de faire les images est disposée sur la zone anatomique à analyser. Le tunnel est ouvert des deux côtés et l’équipe radiologique vous observe et vous entend. 

Le manipulateur communiquera avec vous grâce à un micro ; une sonnette d’appel que l’on aura déposée dans votre main vous permettra de nous alerter en cas de problème ; vous ne devez y avoir recourt qu’en cas de souci justifié (crise d’angoisse, position intenable, hyperalgie, sensation anormale). Si cela est nécessaire, on peut à tout moment intervenir ou interrompre l’examen.
Pendant l’examen, vous entendez un bruit de tambour entrecoupé de silences (un casque anti-bruit vous est remis au début de l’examen, sauf pour l’IRM encéphalique).
Votre coopération est essentielle pour obtenir des images de qualité :
     – Evitez de bouger, une immobilité parfaite pendant les séquences ;
     – Evitez de parler ou de tousser ;
     – Respirez calmement pendant l’examen ;

     – Exécutez les consignes énoncées, à l’aide du micro, qui vous disent quand arrêter de respirer pour quelques secondes.

Dans certains cas, une injection de produit de contraste à base de gadolinium peut être réalisée, dans une veine au pli du coude. Le produit est très bien toléré, toutefois si vous êtes allergique, diabétique ou si vous avez des problèmes rénaux, pensez à avertir l’équipe soignante.

 

L’examen est-il douloureux ? Pas du tout. 

Il peut vous sembler un peu long et le bruit peut être désagréable. Certaines personnes, sensibles aux ondes de radiofréquence peuvent ressentir un « échauffement » au niveau de la zone anatomique analysée mais vous ne ressentirez aucune douleur.

 

 

Je suis claustrophobe ! 

N’hésitez pas à demander à votre médecin traitant de vous prescrire un traitement adapté à prendre avant votre examen. Cela peut être très efficace.

De plus, notre équipe soignante est là pour vous aider, c’est une situation que nous connaissons très bien et nous sommes là pour vous accompagner au mieux. Parlez-en tout de suite pour une prise en charge plus adaptée : pour quelques examens, il est possible de choisir une entrée dans le tunnel les pieds en premier.

Le manipulateur en poste surveille le déroulement de l’examen de l’autre côté de la vitre, la communication avec celui-ci peut être possible et maintenue par microphone pendant l’examen.

 

Dois-je me déshabiller pour passer l’examen ?

On vous demandera d’ôter tout vêtement comportant des objets métalliques (boutons pression, crochets, fermeture éclair…), ainsi que vos chaussures, votre ceinture, vos lunettes, votre soutien-gorge.

Si nécessaire, nous pourrons vous fournir une blouse à usage unique.

 

 

Il m’a été prescrit un « produit de contraste », qu’est-ce que c’est ?

Le plus souvent, les images obtenues lors de l’examen sont de qualité suffisante pour être interprétée par le radiologue, cependant selon l’examen, des séquences complémentaires avec un produit de contraste, nommé chélate de Gadolinium, peuvent être nécessaires.
Attention : injecter un produit de contraste n’est pas un signe de gravité.

Un examen IRM dure entre 10 à 30 mn selon la zone anatomique explorée. Après ce délai, vous regagnerez la salle d’attente où la secrétaire fera avec vous la facturation de votre examen.

Il est possible, à votre demande, de voir le médecin radiologue pour une interprétation orale de votre examen en plus du dossier qui vous sera remis.

Toutefois, certains examens sont susceptibles d’être interprétés en téléradiologie (interprétation par un radiologue à distance), le médecin radiologue restant joignable si besoin ; vous partirez dans ce cas avec un CD-rom contenant l’intégralité des images de votre examen, le compte rendu sera disponible ultérieurement.

Forfait technique :

La partie technique est prise en charge à 100 % par la sécurité sociale (si vous avez déclaré votre médecin traitant), nous ne vous faisons pas faire l’avance de ces frais.

Honoraires radiologue :

Le service n’étant pas conventionné avec les mutuelles, nous ne pouvons pratiquer le tiers-payant, les honoraires du radiologue (69,75 € ou 55,75 €) sont à avancer le jour de l’examen. Ces honoraires vous sont remboursés ultérieurement à 100 % (70 % par la sécurité sociale et 30 % par votre mutuelle).
Les patients pris en charge dans le cadre d’un 100 %, d’un accident de travail ou d’une CMU sont exonérés de l’avance des honoraires, à condition de pouvoir justifier de leurs droits.

Le patient ne bénéficiant pas d’une sécurité sociale française devra s’acquitter du montant total du forfait technique et des honoraires du médecin, une quittance du montant réglé lui sera remise.